Intrigues à Sékhoutouréyah

?

Tout a commencé par la fronde des contractuels, reprise par les élèves, puis la grève des syndicalistes sur des motifs aussi fallacieux qu’incohérents et enfin l’affaire « Miss Guinée ». Point commun de toutes ces affaires ? Une seule cible : le gouvernement. Plusieurs catalyseurs : un lot de journalistes répétant en chœur le même argumentaire incendiaire contre ce gouvernement. Il y a forcément un stratège derrière cette campagne si bien orchestrée (il faut le reconnaître), si violente et si intense. Mais qui est loin de profiter à cette pauvre Guinée qui tente d’avancer.

Il y a déjà eu des grèves et des remous sociaux dans ce pays. Jamais, ils n’ont autant été relayés et de cette manière par les médias. Alors que d’habitude, les médias faisaient l’effort d’analyser objectivement la situation et d’attribuer les torts et la raison avec discernement, cette fois-ci, toutes les critiques convergent vers le Gouvernement et principalement le Premier ministre et d’autres ministres bien ciblés avec parfois des attaques purement personnelles. Comme pour dire qu’il faut leur faire boire le calice jusqu’à la lie.

De sources très bien informées, on apprend que certains communiqués passés dans les radios auraient été payés par des particuliers bien introduits n’ayant rien à voir avec le syndicat. Ainsi, des journalistes sont régulièrement sensibilisés et motivés pour «taper » sur le Gouvernement.

On apprend également que le Chef de l’Etat a déjà été gentiment « conseillé » de confier la négociation avec les syndicats à ce fameux stratège pour palier la carence du gouvernement.

Mais qui est donc ce stratège ?

Assurément quelqu’un qui a de très bons rapports avec les médias. Quelqu’un qui a un intérêt à ce que le gouvernement échoue et que le Premier ministre tombe avec plusieurs ministres. N’est-il pas d’ailleurs, avant d’être nommé « conseiller », tombé à bras raccourcis sur le Premier ministre et son Gouvernement ? Quelqu’un qui est suffisamment proche du pouvoir pour nourrir l’ambition de remplacer ou faire remplacer le Premier ministre ou les ministres qui seront « débarqués ». Quelqu’un qui a un savoir-faire en la matière et qui a déjà expérimenté toutes les techniques de manipulations et les intrigues de Palais depuis Lansana Conté, Dadis Camara et Sékouba Konaté. Vous ne voyez toujours pas ? Question pour un champion !

Ce qui est sûr, le loup est dans la bergerie, tant pis pour celui qui l’a fait entrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Protected by WP Anti Spam