Kassory rassure : ‘‘l’accord ne donne la possibilité ni au président, ni à ses ministres de dilapider les revenus miniers’’

Kassory-fofana-696x392Ibrahima Kassory Fofana, ministre d’Etat, négociateur en chef de l’accord-cadre avec la Chine, a reconnu, samedi, à Sekhoutoureya lors de la conférence de presse du président Condé que son équipe a réussi à avoir cet accord de 20 milliards de dollars avec la Chine grâce à la ‘‘qualité des relations du président Alpha Condé avec les partenaires. N’eut été la perception que les autres ont de lui, personne n’allait réussir le (l’accord) réussir’’, a précisé Kassory qui rappelle pour étayer ses propos, ce qu’aurait dit Xi Jinping, le président de la république populaire de Chine, lors de la signature de l’accord : ‘‘monsieur le président, vous êtes un grand leader aussi bien pour votre pays que pour le continent. Nous ferons tout pour vous aider. Parce que vous le méritez’’, rapporte Kassory.

Parlant de l’accord proprement dit, Kassory demande aux Guinéens de ne pas ‘‘jeter la pierre sur les opportunités quelle que soit notre obédience politique’’. Car dans son entendement, cet accord permet à la Guinée d’avoir une croissance à deux chiffres dès 2020 !

L’autre petite confidence que Kassory a dévoilé ce samedi est qu’à l’entame des négociations pour cet accord, il aurait proposé au président Condé de dégager une partie pour soutenir la balance des paiements. ‘‘Non, je préfère qu’on s’endette pour investir. Pour le fonctionnement de l’Etat, on se débrouillera’’, aurait répondu le président.

D’ailleurs, affecter nos revenus miniers à l’investissement dans les infrastructures, comme le veut l’accord, ne ‘‘donne la possibilité ni au président, ni à ses ministres de dilapider ces revenus’’, dit Kassory.

L’autre garantie qu’offre le deal avec les Chinois est que ‘‘tous les projets à financer ainsi que les ouvrages feront l’objet de validation de cabinets internationaux’’, indique-t-il. Avant de révéler qu’il reçoit de partout des appels, des homologues qui demandent le secret des négociations du deal. Sa réponse ? ‘‘l’expérience ne peut être dupliquée ailleurs. Parce que ce qui leur manquera, c’est la qualité des relations du président Alpha Condé’’.

A rappeler que le 5 septembre dernier, la Guinée a signé en marge du forum des BRICS à Xiamen (Chine), un accord de prêt de 20 milliards de dollars avec le gouvernement de la République populaire de Chine. Pour la première phase, cet accord finance la route Coyah-Mamou-Dabola ; l’extension de l’université de Sonfonia ; l’extension du port de Conakry ; les voiries de Conakry.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Protected by WP Anti Spam