GUINÉE:L’école des sourds-muets de Kaloum (Conakry) bénéficie d’un don de fournitures scolaires

sourds-muets-1-324x235Le mardi 19 septembre 2017 l’école des sourds muets de Kaloum (Boulbinet) a reçu la visite du Lion’s club International, sur initiative du Leo Conakry Doyen, œuvre majeure du Lions Club Conakry Doyen ‘’KAROUKAROUNDE’’.

Cette visite s’inscrivait dans le cadre d’un don de kits scolaires collecté en faveur des élèves sourds muets de ladite école pour l’année scolaire 2017-2018.

La cérémonie de remise de ce don a eu lieu dans l’enceinte de l’école, en présence d’une quinzaine de LEO de la Région 16, de LION Ousmane Fatoumata CAMARA Président du Lions Club Conakry Doyen KAROUKAROUNDE et de Lion Felix Dounia, Conseiller Leo du Club Conakry Doyen.

don-fourni-leo-clubSelon Mamadou Bhoye Diallo, Secrétaire du Leo Club  Conakry Doyen et de la Région 16 LEO, « le LEO CLUB est une œuvre majeure du Lion’s club international qui a été crée depuis 1957 par le LION James Gaver. Et depuis cette date jusqu’au jour d’aujourd’hui, des jeunes âgés de 12 à 30 ans, membres de cette organisation rendent service aux plus démunis dans le monde entier avec l’appui et la clairvoyance du Lion’s club…».

Dans la même lancé il dit : « aujourd’hui nous formons un réseau de plus de 171.000 jeunes repartis dans plus de 140 pays à travers le monde, qui ont prêté serment de servir la communauté et non se servir d’elle, c’est-à-dire venir en aide à ceux qui sont dans le besoin car l’ultime conviction qui doit animer tout bon citoyen doit être le partage du peu qu’il gagne avec son entourage».

C’est dans ce cadre que l’école des sourds-muets a été choisie pour ce geste magnanime. Pour lui, l’handicap de ces jeunes ne doit en aucun cas être un frein à leur émancipation. « Il y a certes des partenaires qui leur viennent en aide mais à mon humble avis cela doit être multiplié car ces jeunes ont vraiment besoin de nous aujourd’hui comme jamais. Ils sont nos frères, nos sœurs… nous devons impérativement  être là pour eux. S’ils sont comme ça aujourd’hui, c’est dieu qui là décidé ainsi, et cela pouvait être nous ou un membre de notre famille; et si tel n’a pas été le cas, soyons conscients et cherchons toujours à leur redonner le sourire, car leur handicap ne doit en aucun cas être un frein à leur émancipation».
Poursuivant sa communication, Leo Bhoye affirme que cette activité a connu l’apport et la contribution de plusieurs personnes « il y’a de cela dix (10) jours, nous avons lancé un appel à contribution qui fort heureusement a été payant. Des personnes de bonne volonté ont accepté de nous venir au secours pour que cette activité soit grandiose à ce point. Nous avons pu réunir une quinzaine de carton de cahiers, une soixante dizaine de boites mathématiques, un demi carton d’ardoises, un carton de craie, des stylos, des crayons, des gommes pour l’ensemble des élèves, et des sacs pour les meilleurs élèves. On a aussi apporté un important matériel de travail pour  les encadreurs. »

Avant de finir son intervention, Mamadou Bhoye Diallo a lancé un appel « aux bénévoles, aux volontaires et à l’ensemble des partenaires, multiplions nos actions en faveur de cette école qui a été créée depuis les années 60, qui jusqu’à présent n’a pas de collège encore moins un lycée.…  je profite de cette occasion pour remercier toutes les personnes qui ont accepté de nous accompagner pour la réalisation de cette activité à savoir : la Direction Générale de la CNSS, la Direction Générale de la SOBRAGUI, le Directeur commercial de GI … »

Pour sa part, Karou Kaba, conseiller pédagogique de l’école des sourds-muets de Kaloum, a remercié les heureux donateurs qui ne sont pas à leur premier geste en faveur de cet établissement. « Vous avez fait beaucoup de choses pour cette école, ce n’est pas la première fois. Ce que vous faites pour cette école, même les parents n’ont pas fait. D’habitude, l’association des parents d’élève vient faire quelque chose pour l’école, mais vous, c’est chaque année, vous venez pour nous aider. Nous vous remercions infiniment. »

A rappeler que cet établissement a été créé en 1964 par le Corps de la paix, une ONG américaine, et aujourd’hui l’école compte 230 élèves.

Mohamed   DIANE