Guinée : vivement une nouvelle constitution et la poursuite des œuvres du Président-Bâtisseur

L’on se souvient que c’est pendant la ‘’parenthèse CNDD’’, après la disparition du général-président Lansana Conté, qu’un Conseil national de transition (CNT), faisant office de parlement et sans consultation du peuple souverain, a proposé et fait promulguer une nouvelle Constitution pour permettre d’organiser des élections en Guinée.

Aujourd’hui, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui se prononcent ouvertement et en toute objectivité pour une nouvelle constitution, instituant du coup une Quatrième République à même de prendre en compte toutes les légitimes préoccupations des populations des centres urbains et des campagnes.

Le ton a été donné le 8 Mars dernier, à l’occasion de la célébration de la journée dédiée aux femmes. Ce jour-là, des pancartes ont été librement brandies pour appeler ouvertement à la mise en place d’une nouvelle Constitution pour la Guinée. Le 18 mai, c’est le parti présidentiel (RPG Arc-en-ciel) qui a officialisé la volonté du chef de l’Etat à doter la Guinée d’une nouvelle constitution. Et le 29 mai, ce fut au tour du Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, de se prononcer clairement en faveur du projet de nouvelle constitution, tout en faisant comprendre que toute son équipe gouvernementale y est favorable.

Pour eux et pour bon nombre de leurs compatriotes, le but ultime d’une gouvernance est de trouver, dans la mesure du possible, une solution pérenne aux différents problèmes qui se posent aux populations dans leur vie quotidienne, au triple plan politique, économique et social. Huit ans après l’entrée en fonction du premier président démocratiquement élu de la Guinée indépendante, l’on peut se réjouir de la prise en compte de beaucoup de problèmes d’intérêt national.

Pour trouver solution à l’épineux problème d’électricité, les travaux de construction du barrage hydro-électrique de Kaléta ont été lancés sur instruction et avec la bénédiction du président Alpha Condé. Un barrage construit par les Chinois et dont l’inauguration officielle a eu lieu le 28 septembre 2015. Et le meilleur est à venir dans ce secteur stratégique de la vie nationale. Après Kaléta, ce sont les projets Souapiti, Amaria et Fomi que le gouvernement et ses partenaires entendent réaliser pour bouter définitivement hors du territoire guinéen l’obscurité et le manque criard d’énergie.

Depuis 2010, les réformes entreprises dans le secteur agricole ont largement contribué à donner espoir au peuple de Guinée dans sa bataille pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire.

Dans le secteur de l’Education, l’on a noté, avec satisfaction, que de nombreuses salles de classe ont été construites et équipées aux quatre coins du pays. Le slogan « Tolérance Zéro » est respecté à la lettre pendant le déroulement des examens nationaux, dont la proclamation des résultats ne connaît plus de retard injustifiable.

Quant au nouveau code minier, il a pris en compte aussi bien l’intérêt de la Guinée que celui des sociétés minières. La rigueur imprimée par les différents ministres en charge des Mines donne de l’espoir à tous les Guinéens.

Quid de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration ? Elles font partie des priorités du gouvernement du Pr Alpha Condé. Le recensement biométrique a permis d’extirper du fichier de la Fonction publique des doublons et autres fictifs. Sans oublier le rajeunissement et la féminisation des agents de la Fonction publique.

Sous Alpha Condé, des hôtels de haut standing ont poussé comme des champignons aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays pour offrir un cadre idéal aux investisseurs étrangers et autres touristes.

Sur le plan diplomatique, l’on note, avec bonheur, que sous la direction du professeur Alpha Condé, la Guinée a signé son retour dans le concert des nations et a réoccupé pleinement sa place dans les organisations sous-régionales, continentales et internationales.

Autant d’actes positifs posés qui, logiquement, amèneraient la majorité des Guinéens à caresser l’espoir de voir l’actuel locataire du palais Sékhoutouréya prolonger son bail à la tête de la Guinée  afin de terminer les chantiers qu’il a ouverts aux quatre coins du pays dans l’intérêt de ses compatriotes.

Mais en face d’eux, il y a les détracteurs du projet de nouvelle constitution qui sont regroupés au sein du fameux Front national pour la défense de la Constitution (FNDC). Une plateforme dont le combat, pour beaucoup, est voué à l’échec.

Ibrahima  Sory  CISSE

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Protected by WP Anti Spam