Campagne électorale à Faranah : les responsables du PGR menacés par Tata Vieux et Cie

Campagne électorale à Faranah : les responsables du PGR menacés par Tata Vieux et Cie

La campagne pour les législatives du 16 février 2020 bat son plein en Guinée. Les partis en compétition rivalisent de stratégies pour conquérir le cœur et la voix des électeurs. Le Parti Guinéen de la Renaissance (PGR) fait partie des formations politiques retenues par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) au compte de ce scrutin.
Mais curieusement et pour des raisons que la Raison ignore, les responsables du PGR à Faranah, à sa tête Mme Fanta OULARE, font l’objet de menaces de la part d’un homme dont la seule évocation du nom suscite de la peur chez les paisibles et laborieuses populations du Sankaran. Il s’agit en effet du tristement célèbre Moussa Condé, alias Tata Vieux, celui qui, sous Conté et agissant en serviteur zélé du PUP (alors au pouvoir), se faisait passer pour le roi-soleil à Faranah, l’homme qui y faisait la pluie et le beau temps au su et au vu de tout le monde. Et pour se faire plaisir aux tenants du pouvoir d’alors, l’enfant terrible de Tindo n’hésitait pas à menacer, intimider, séquestrer ou torturer impunément les pauvres militants de l’opposition, principalement ceux du RPG du Professeur Alpha Condé.
Sentant le vent tourner en 2010, Tata Vieux, toute honte bue, rejoindra finalement le RPG, le parti dont il martyrisait les militants sous le règne du PUP à Faranah.
Aujourd’hui, dans cette ville qui a vu naître le père de l’indépendance guinéenne, feu Ahmed Sékou Touré, ce sont les cadres et militants du Parti Guinéen de la Reconnaissance (PGR) qui semblent devenir la nouvelle cible privilégiée de Tata Vieux et de certains responsables locaux du RPG. Ces derniers feraient l’objet de menaces et d’intimidation sur les ondes de Bambou FM, de Baobab FM et de la Radio rurale.
Une situation d’autant plus incompréhensible et injustifiable qu’entre les deux tours de la présidentielle de 2010, le Parti Guinéen de la Renaissance (PGR) s’était rangé librement derrière le candidat du RPG, le Pr. Alpha Condé, pour la suite que tout le monde sait. Celui qu’on appelait affectueusement ‘’l’opposant historique’’ a été élu à la régulière président de la République de Guinée. Et depuis, le PGR, présidé par le jeune visionnaire Ibrahima Sory Condé, n’a jamais cessé de soutenir et d’accompagner le chef de l’Etat dans l’accomplissement de sa noble mission de développement de la Guinée. Le PGR est aussi membre fondateur et acteur actif de la Coordination des partis alliés de la mouvance présidentielle (COPAM).
Ce parti animé par de jeunes cadres qui nourrissent de nobles ambitions pour leur pays, semble prendre désormais son destin en main. Il fait partie des formations politiques dont la candidature a été retenue, après paiement de la caution, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en vue du scrutin législatif prévu le 16 février prochain.
Contactés par notre rédaction, des responsables du PGR, au niveau national, disent se réserver le droit de porter plainte Tata Vieux et Cie s’ils ne cessent pas immédiatement leurs agissements et autres menaces inacceptables contre les cadres et militants de leur parti à Faranah. À rappeler que le PGR a été créé  en 2009 et c’est  le 1er  parti   politique  à avoir l’arc en  ciel sur leur  logo. L’un des  responsables  du PGR joint  au  téléphone  à  CONAKRY  se dit prêt à citer  MOUSSA  CONDÉ  en  justice  pour  abus de pouvoir  et  pour  intimidation.  Affaire à suivre.

Manty Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Protected by WP Anti Spam